Témoignage de Jean-Thomas Schmitt, DG de Heppner

Cette semaine dans « ETI : Le défi de la reprise », focus sur Heppner, une ETI familiale de 3100 salariés, spécialiste du transport et de la logistique.



Jean-Thomas Schmitt, fils du fondateur et actuel DG, revient sur cette période de confinement « angoissante ».
Avec une chute extrêmement brutale de 55% de la demande début avril, Heppner a dû s’adapter à cette situation inédite. Des réunions du comité exécutif ont été programmées quotidiennement, une grande partie des salariés a bénéficié du télétravail ou a été mis en chômage partiel. Un PGE (Prêt Garanti par l’Etat) a été mis en place.

Par ailleurs, Heppner a été dans l’obligation de refondre l’intégralité de son schéma de distribution en seulement 2 jours. Avec 30 000 envois de colis par jours, les équipes ont dû faire preuve de « créativité, d’inventivité et d’abnégation », commente son directeur général.

Par exemple, des avions ont été affrétés et un pont aérien a été mis en place afin de livrer les 7 millions de masques commandés par un client.

Toutefois, depuis le déconfinement, dans les 84 agences françaises et internationales du groupe, les volumes de colis sont revenus à la normale. Une reprise rapide qui devrait permettre à l’ETI de limiter les pertes et de conserver l’ensemble de son personnel.
Enfin, Jean-Thomas Schmitt se veut rassurant quant à la stratégie : l’axe de la transition environnementale du groupe ne sera pas dérouté par la crise sanitaire. En effet, l’objectif pour l’entreprise est d’avoir, dès 2021, 20% de ses 400 véhicules fonctionnant au gaz naturel pour véhicule (GNV).