ETI et croissance externe

Retrouvez l’émission DEFI ETI du 8 juin sur BFM Business sur le thème « Les ETI et la croissance externe ».



David Delos reçoit Joël Rousseau, président du conseil stratégique de NGE, Antoine Bernabeu, associé transactions services de KPMG, et Pierre-Yves Dréan, directeur général de la Banque Palatine.

La croissance externe n’est plus réservée aux grands groupes, mais c’est bel et bien un outil de développement efficace à la portée des PME/ETI ambitieuses. Entre 2015 et 2017, 17 % des ETI ont réalisé au moins une opération de croissance externe, et cette part atteint 59 % pour les ETI « récidivistes », ayant déjà réalisé ce type d’opérations auparavant. En effet, une acquisition, si elle bien pensée et bien réalisée, renforcera les opérations de la société acheteuse, accroîtra la valeur pour ses actionnaires et permettra d’acquérir de nouveaux produits, compétences … .

Un bel exemple, cette semaine, avec NGE (Nouvelles Générations d’Entrepreneurs), entreprise créée en 2002 spécialisée dans les travaux publics. Enjeu stratégique identifié dès le départ, NGE a effectué dans les 10 dernières années pas moins de 5 fusions / acquisitions. Pour Joël Rousseau, la croissance externe est un véritable accélérateur de temps dans le développement de NGE. Il noue des « mariages » comme il aime le dire, avec des entreprises aux métiers complémentaires à ceux de NGE, permettant d’acquérir de nouveaux talents et qui s’insère dans la stratégie mise en place.

Gagner du temps, créer de la valeur, obtenir de nouveaux produits ou compétences sont les atouts souvent mis en avant de la croissance externe, mais nos trois intervenants insistent sur l’aspect humain, essentiel pour la réussite d’une telle opération. « Les différences culturelles sont souvent oubliées et c’est une des raisons principales de l’échec d’une croissance externe » souligne Pierre-Yves Dréan, directeur général de la Banque Palatine. Il n’existe pas de schéma type, mais cette dernière doit provenir d’une réflexion stratégique et de la prise en compte du facteur humain.

Joël Rousseau conclut en insistant sur l’importance de construire ensemble l’avenir de l’entreprise lors d’un acquisition / fusion dans le respect de l’identité de chacun. Selon lui, 1 + 1 = 3 c’est la clé de succès d’une croissance externe réussie.

Comment s’intègre la croissance externe dans la stratégie des ETI ? La croissance externe est-elle une étape incontournable pour les ETI ? Quels en sont les avantages ? Les pièges à éviter ? Les invités apportent leur éclairage en partageant leurs expériences et leurs visions sur le sujet.