Epargne et investissements verts : une nouvelle réglementation en vigueur

La pandémie du covid-19 a favorisé la prise de conscience autour des enjeux de développement durable. Plus qu’une tendance de fond, la finance durable est devenue, tant pour l’investisseur institutionnel que privé, l’expression de ses convictions.

La dernière enquête de Morningstar* sur les flux de fonds durables dans le monde en atteste : la collecte au 4e trimestre 2020 a atteint 152 milliards de dollars, soit un bond de 88% par rapport au 3e trimestre. L’Europe, qui représente près de 73% de collecte mondiale (13 % pour les Etats-Unis), se devait de donner un cadre réglementaire homogène au développement des multiples produits financiers dits « à orientation durable », qui découle de l’engouement pour la finance responsable. La réglementation SFDR (Sustainable Finance Disclosure Regulation), adoptée fin 2019 et entrée en vigueur le 10 mars dernier, répond à cet impératif.

Son objectif est d’harmoniser et de renforcer la transparence concernant les produits financiers durables distribués en Europe. La règlementation SFDR introduit en ce sens de nouvelles obligations et normes communes de reporting (documents d’informations précontractuels). La publication d’indications fiables relatives aux facteurs de durabilité (changement climatique, impacte sur la biodiversité, emprunte carbone, dialogue social, lutte contre la corruption…) doit permettre une meilleure appréhension des fonds par l’épargnant pour éclairer ainsi ces choix d’investissement.

La règlementation SFDR distingue deux types de produits présentant des caractéristiques extra-financières :

  • Les produits faisant la promotion des caractéristiques environnementales ou sociales (produits dits « Article 8 ») ;
  • Les produits poursuivant un objectif d’investissement durable (produits dits « Article 9 »).

Depuis plusieurs années, la Banque Palatine travaille pour faire de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) un axe structurant de sa stratégie. Elle propose une offre de fonds complète (actions, obligations, green bonds, mixtes…) qui permet de concilier impact positif sur la société et rendement financier. Cette exigence de finance responsable s’inscrit pleinement dans le cadre des portefeuilles modèles à architecture ouverte (distribution de fonds de sociétés de gestion partenaires en complément des fonds de notre société de gestion) proposés par les conseillers en gestion de patrimoine.

Le développement de la finance durable constitue un enjeu de taille pour la stabilité financière et la protection des investisseurs. Comme le soulignait la Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, Amina Mohammed « l’engagement multilatéral est essentiel pour gérer la pandémie et atteindre les objectifs de développement durable ». C’est pour toutes ces raisons que la Banque Palatine tient à être un acteur actif auprès de ses clients et partenaires dans la construction du monde de demain.

 

*https://www.morningstar.fr/fr/news/209278/investissement-durable--forte-croissance-de-la-collecte.aspx#:~:text=La%20reprise%20du%20march%C3%A9%20boursier,dans%20le%20monde%20au%20quatri%C3%A8me