4E BAROMÈTRE PALATINE-METI DU FINANCEMENT DES ETI

Les ETI maintiennent le cap et saisissent les opportunités qui se présentent malgré les incertitudes conjoncturelles

Patrick Ibry, directeur général délégué, Banque Palatine :

« Dans un contexte incertain, les entreprises doivent faire face à des contraintes conjoncturelles. Le niveau de confiance des dirigeants d’ETI dans leur activité et leurs projets de développement s’en ressent et se traduit par un léger fléchissement. Une tendance à relativiser compte tenu d’un niveau particulièrement élevé au 1er semestre. Cet automne, davantage de dirigeants affirment avoir obtenu une réponse favorable à leurs demandes de financement. A l’image du secteur bancaire, Palatine a joué son rôle aux côtés des ETI pour les accompagner dans la relance et au-delà ! »

 

Frédéric Coirier, PDG du groupe Poujoulat et co-président du METI :

« En cette fin d’année, les ETI sont confrontées à plusieurs défis : poursuivre la dynamique de croissance, d’investissement et d’emploi engagée depuis douze mois tout en absorbant l’impact des tensions sur l’offre (difficultés de recrutement, hausses de prix, pénuries). Or, celles-ci non seulement s’intensifient mais semblent s’inscrire dans la durée. Si la situation financière des ETI reste satisfaisante, la nouvelle année risque fort d’amener son lot d’incertitudes (notamment sur les marges), a fortiori dans un contexte sanitaire dégradé. »

 

Capacités de financement : une amélioration de leur situation financière mais également une confiance des dirigeants dans leurs perspectives

En cette fin d'année, les ETI n’ont pas renoncé à leurs différents projets et près de 4 dirigeants sur 5 préparent l’avenir, en restant assez ou très confiants. La progression du chiffre d’affaires (vs. 2020) est constatée par 3 dirigeants sur 4, et près de la moitié font part d’une trésorerie en amélioration (vs. novembre 2020). L’endettement net hors PGE est également considéré en amélioration par près de la moitié des dirigeants.

 

Besoins de financement : un accompagnement soutenu par le secteur bancaire

9 ETI sur 10 se disent concernées par des difficultés conjoncturelles, avec une prédominance de la hausse des matières premières (très importante pour 75% des ETI) et des difficultés de recrutement (très importantes pour 69% d’entre elles). Pour 88% des ETI, ces obstacles ont une répercussion sur leurs prix à la vente.

Accompagner les ETI et leurs dirigeants dans cette période est crucial pour leur développement et le renforcement de leurs besoins en financement. Près de 93% d’entre elles obtiennent une réponse favorable à leurs demandes actuelles.(+2 points vs. septembre).

Plus de 83% des ETI n’ont pas souhaité de crédits à court terme complémentaires, un chiffre en légère progression depuis septembre. L’utilisation des PGE progresse avec54% des ETI qui l’ont utilisé (vs 46% en septembre), dont un quart à plus de 75%.

 

Opportunités : des nouveaux projets et une envie d’entreprendre toujours présente

De nombreuses ETI considèrent la période actuelle comme une source d’opportunités. En effet, plus de 7 ETI sur 10 ont initié un ou plusieurs projet(s) de croissance organique depuis le début d’année ou projettent de le faire d'ici fin 2021. Parmi elles, 71% les financent avec leurs ressources propres.

Elles font preuve d’un dynamisme dont témoigne leurs intentions d’entreprendre. Plus d'1 ETI sur 3 estime que le plan France 2030 pourrait influer sur ses projets d'investissement. Enfin, plus d'1 ETI sur 4 envisage actuellement une recomposition capitalistique ; près de la moitié opterait pour une ouverture de capital et près d’un tiers pour une transmission familiale. En outre, 1 ETI sur 2 a été approchée pour des propositions de rachat ou d’entrée au capital. Ces investissements auront lieu majoritairement en France.